En matière de prise de notes et de gestion de tâches, Taskpaper est certainement ce qui se fait de mieux. L’idée de départ est génialement simple : chaque nouvelle ligne peut devenir, à la volée, un titre de projet, une tâche ou une note.

Respectivement, cela se fait en terminant la ligne par deux-points, en la commençant par un tiret et un espace ou en l’écrivant sans aucun de ces deux signes. Les niveaux hiérarchiques s’ajoutent avec la touche tab. Difficile de faire plus simple !

Taskpaper, ou la force du tag

Avec ce système, chaque note prise en réunion devient une action à effectuer : le compte-rendu et la todo-list sont réunis en un seul document texte. Pour marquer une tâche comme effectuée, il suffit de cliquer sur son tiret, elle est alors rayée et le tag @done est ajouté.

Image taskpaper.com

Les tags sont l’élément-clef du format taskpaper : ils permettent une multitude de tris croisés et acceptent de recevoir des indices. Par exemple, vous pouvez créer le tag @attendu pour tous les travaux en attente et le compléter avec le nom de la personne qui doit fournir le travail, par exemple @attendu(Bertrand). 

Si vous recherchez ce tag précis, vous retrouverez évidemment toutes les tâches affectées à Bertrand. Mais si vous cherchez simplement « @attendu », vous trouverez les l’ensemble des tâches en attente : @attendu, @attendu(Bertrand), @attendu(Marine) etc. En combinant les requêtes de recherche avec des opérateurs booléens, on arrive rapidement à établir un suivi de projet.

Pour en savoir plus, Macstories consacre un excellent article à la version 3 de Taskpaper. Et si vous voulez faire un essai, l’application est incluse dans le pack SetApp.

Taskpaper sur iPhone et iPad

Si plusieurs apps, comme Editorial, savent interpréter les documents au format Taskpaper, peu savent vraiment en tirer le meilleur parti. C’est le cas de Taskmator, qui fait partie des alternatives proposées par le concepteur original de Taskpaper.

Taskmator sur iOS

En effet, tout y est. Avec même un accès directs aux tags et une fonction de recherches avancée. Le seul manque, c’est la fonction d’impression. Que ce soit sur papier ou au format pdf, les documents produits par Taskmator utilisent une police beaucoup trop grande et le résultat est tout sauf professionnel.

Previsualisation avant impression d’un document Taskmator

Aucune fonction d’export n’est vraiment convaincante : sous Ulysses, le texte est interprêté comme des portions de code, dans Notes le document apparaît comme un fichier lié et dans Drafts, toute la mise en forme est perdue.

Shortcuts, Markdown et expressions régulières

J’ai donc recouru à un workflow sous Shortcuts, dont le principe est tout simple :

  • Il recherche les lignes qui se terminent par deux-points et les formate comme des en-tête de niveau 3
  • Il remplace les lignes commençant par un tiret suivi d’un espace par des lignes commençant par une case vide constituée de deux crochets []
  • Et toute ligne commençant par un tiret et un espace, qui se termine par @done est notée avec une case cochée [x]

A la fin, le processus ouvre le menu de partage pour vous permettre de choisir la destination du document. Ma première idée était de l’envoyer directement dans Drafts 4, mais cette version n’est plus supportée par Shortcuts et utiliser un url-scheme limite la longueur des données transmises.

Si vous n’avez pas d’éditeur Markdown de prédilection, je vous recommande chaleureusement Drafts 5, dont la version gratuite suffit parfaitement dans le cas présent.

Vous pouvez télécharger le Shortcut sur ce lien.

Share.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :